CHOISISSEZ LE CHIEN IDEAL,
selon son caractère ou… le vôtre !

 

Plus d'un million deux cent mille chiens en Belgique, et demain peut-être, un compagnon fidèle viendra occuper sa place près de vous.

Attention, acheter, adopter, accueillir un chien, animal de compagnie par excellence n'est pas une décision que vous devez prendre avec insouciance. Votre choix vous engagera, sans doute, pour de nombreuses années. Ne vous lancez pas dans l'inconnu.

L'avenir de votre vie commune peut être facilement prévisible. Les facettes du caractère d'un chien sont multiples et vous devrez prendre en compte les particularités de chaque race.

Chapitres traités ci-dessous : (liens directs)

1.  Une compagne ou un Compagnon :
2.  Les chiens pour enfants :
3.  Les chiens de garde :
4.  Les chiens de compagnie :
5.  Les chiens pour personnes plus âgées :
6.  Conseils pour l’achat :
7.  Conseils pour l’adoption d’un chien adulte :
8.  Conseils pour l’éducation d’un chiot :

1. Une compagne ou un compagnon ?

-La femelle :
En principe, son instinct maternel la pousse à être plus patiente et plus douce avec les enfants que le mâle; elle supportera aussi plus facilement vos changements d'humeur. Mais cette douceur s'accompagne de plus de sensibilité que vous blesserez sans vous en rendre compte et d'une certaine jalousie. Néanmoins, si vous acquérez un chien vigoureux pour la première fois, choisissez plutôt une femelle.

Un inconvénient : les chaleurs qui reviennent deux fois l'an et durant 2 à 3 semaines. Les premières surviennent aux environs de 8 à 9 mois d'existence, mais parfois plus tard suivant le climat, la race, ou la saison de naissance.

-Le mâle :
Certains prétendent qu'il possède une personnalité plus marquée. Il a assurément besoin d'une autorité plus ferme que la femelle. Il lève la patte, marque son territoire, présente des comportements sexuels plus expansifs et il est susceptible de fuguer à l'époque des amours.

N.B. Pour la suite du dossier et pour plus de facilité, "ils" ou "les chiens" désigneront aussi bien les mâles que les femelles.

2. Les chiens pour enfants.

Les chiens sont présents dans la majorité des foyers avec enfants. Cela démontre parfaitement la valeur que peut représenter un tel animal dans leur développement intellectuel et affectif.

L'enfant apprend beaucoup au contact de son compagnon canin mais il importe de lui faire comprendre que le chien n'est pas un jouet que l'on déplace à volonté et surtout pas un souffre-douleur que l’on manipule au gré des aléas de notre propre existence.

Le chien est un être vivant, capable de souffrir, de connaître le bonheur mais aussi de se défendre s’il se sent agressé.

            - Pour les petits enfants :

Leonberg
- Le Léonberg : c'est un chien équilibré, affectueux, pensif; ses grands yeux marron ont une profonde expression de douceur. Fort comme un lion et doux comme un agneau, ce colosse tranquille saura se faire aimer de tous et spécialement des enfants dont il adore la compagnie.
Peut-être le plus fiable de ce groupe. Taille 70 à 80 cm - poids +/- 75 kg.
- Le Boxer : foncièrement bon, de caractère doux et fidèle, le Boxer ne connaît pas la rancune; il sait se montrer très patient avec les enfants. Il aime jouer et aboie peu. Il a besoin d’espace et il lui faut de l’exercice. Taille 60 à 65 cm - poids 30 à 40 kg.
- Le Bobtail : sa douceur de gros bébé, son absence totale de nervosité et de turbulence en font le compagnon idéal des enfants que la femelle protège et surveille comme s‘ils étaient sa progéniture. Malgré sa carrure imposante et ses aboiements tonitruants, il n’est pas agressif et ne mord pas. Taille +/- 60 cm - poids 30 kg environ.
Ces chiens, très protecteurs, sont d'excellentes nounous (le Bobtail est d‘ailleurs surnommé « Nanny Dog »  aux Etats-Unis. En raison de leur douceur et de leur plus grande patience, les femelles sont généralement préférées aux mâles.

            -Pour les enfants plus âgés :

- Le Colley (berger écossais) : c'est un chien d'une éducation très aisée, affectueux, apte à la garde, d'une compagnie extrêmement agréable. Vigilant et attentif, ce n’est pas lui qui laissera partir l’enfant de la famille avec un inconnu. S’il est traité injustement, il peut manifester une légère bouderie mais il n’est absolument pas rancunier. Taille 52 à 60 cm - poids 18 à 30 kg.
- Le Labrador : vivre avec un Labrador est, dit-on, un plaisir sans cesse renouvelé; intelligent, amical et absolument pas agressif, il se montre un incomparable compagnon de jeu. Renommé comme chien-guide d’aveugle, le robuste labrador apporte à la personne handicapée une sécurité rassurante et un compagnon calme, équilibré, attentif. Taille 55 à 58 cm - poids 25 à 30 kg.

- Le setter anglais : souple et rapide, il se caractérise par une allure sportive et une élégance innée. Il est grand, de 61 à 70 cm au garrot et plutôt léger de 25 à 30 kg. Très intelligent et sensible, il est d’un dressage aisé. Doux et calme, il est très attaché à ses maîtres. Pour lui, l’amour se mesure aux coups de langue vigoureux et aux câlins démonstratifs.
Une légère restriction : ces chiens (ainsi que de nombreuses variétés de chiens de chasse) sont très attachants, mais aussi très dynamiques. Ils conviennent plutôt à des enfants d'une dizaine d'années.

3. Les chiens de garde.

Si vous vivez seul(e), si vous habitez une maison isolée, si vous quittez souvent votre foyer, vous éprouverez peut-être l'envie de vous rassurer en ayant un chien. Si vous ressentez alors un sentiment de sécurité, parfait, mais faites en sorte de le choisir avec discernement.
Introduisez chez vous un chien à l'allure dissuasive et non provocante; son rôle n'est pas d'attaquer, mais d'impressionner. Vous rechercherez donc un bon gardien et non un tueur.

Sachez cependant que les grands chiens ont besoin d'espace, d'exercice, de compagnie et de beaucoup de nourriture.

Etre enfermés dans un petit jardin emmuré ou derrière les barreaux d'une cage, ne peut en aucun cas leur suffire. L'enchaînement des réactions du chien est alors sans appel; isolé, coupé du monde extérieur, il s'ennuiera; s'il s'ennuie, il aboiera sans raison; s'il aboie continuellement sans réaction de votre part, il deviendra agressif, et alors…

Examinons quelques robustes gardiens :

- Le Dogue allemand : le roi des gardiens, sa taille (entre 80 et 100 cm), son poids (plus de 70 kg), sa rapidité, son air farouche, effraieront le plus courageux des voleurs. Il raffole des grands espaces et réclame, à l'âge adulte, 2 kg de nourriture (viande et légumes) par jour. Le dogue allemand est affectueux, intelligent et désireux d’apprendre. Mal éduqué, il peut naturellement se montrer très dangereux, mais il n'est pas particulièrement agressif et sous un aspect imposant, il est un chien extrêmement sensible.
- Le Rottweiler : c'est un chien rustique et puissant, qui défendra énergiquement le territoire désigné par son maître. Il supporte mal ses congénères, sauf sa compagne. Une femelle est plus appropriée qu’un mâle. Moins indépendante, elle s’intègre mieux à la vie de famille. Son instinct protecteur très développé vis-à-vis des petits fait merveille. Attention cependant, ce n’est pas l’enfant qui doit tenter de devenir le maître d’un rottweiler, ce rôle est strictement réservé à l’adulte. Taille 55 à 68 cm - poids 50 kg environ.
- Le Doberman : moins imposant que les deux précédents, c'est le plus agressif des gardiens. Il est attentif, obstiné, au caractère dominateur. Bien éduqué cependant, il se montre très rarement agressif. Agé, il perd de sa docilité et doit être traité avec beaucoup d'autorité. Sa propension excessive à aboyer peut parfois porter sur les nerfs. Taille 65 cm environ pour le mâle- poids 35 à 40 kg.

Vous comprendrez aisément que de tels chiens réclament un dressage rigoureux et une attention constante, surtout s'ils vivent avec un maître faible ou hésitant.
Il existe quelques mauvais chiens, mais il se trouve surtout de mauvais maîtres !

4. Les chiens de compagnie.

Si vous habitez un appartement, choisissez plutôt un chien de petite taille. Il ne subira pas le stress du grand confiné entre 4 murs et rendra des services identiques, à savoir : se démener, donner de la voix et décourager les voleurs éventuels.

- Le Fox terrier : grand aboyeur, de tempérament ardent et batailleur, il s'avère un excellent chien de garde; il s'attache plus particulièrement à un maître, mais se montre amical et fidèle avec tous, y compris les enfants. Pour eux, c’est un compagnon merveilleux car il adore jouer, faire le clown et se dépenser. Attention, il a du caractère; vous devrez également en avoir une bonne dose. Taille 40 cm environ - poids +/- 10 kg.
- Le Schnauzer nain : son rôle de chien de compagnie n'empêche pas que ce soit un chien de caractère énergique, aboyant volontiers aux étrangers, désireux de se rendre utile en montant une garde attentive devant une porte ou dans une voiture. Ses qualités l’emportent largement sur ses défauts et font de lui un ami sûr, docile et agréable. Taille : 30 à 34 cm - poids +/- 8 kg.
- Le Bouledogue français : ce molossoïde de petit format est très attaché à ses maîtres, il est très réceptif à leurs attitudes, à leurs témoignages d’affection et à leurs réprimandes. Il n’aboie que rarement. Eu égard à sa physionomie dissuasive et à son courage, ce petit dogue fait aussi figure de chien de garde d’autant qu’il est réservé avec les inconnus. Taille : +/- 30 cm au garrot - poids 8 à 14 kg.

5. Les chiens pour personnes plus âgées.

Lorsqu'on a plusieurs fois 20 ans, on ne tient plus généralement à se battre, même amicalement avec un grand chien, ni même avec un petit chien. A franchement parler, on ne désire plus se battre du tout. Il convient alors de choisir un compagnon affectueux, gai, mais aussi calme et peu encombrant, un chien casanier qui acceptera une existence douillette et tranquille, sans cris et sans gestes agressifs.

- Le Pékinois : ce petit chien trapu, robuste (3 à 6 kg) au nez aplati et à la somptueuse fourrure, adore les coussins moelleux et non les longues randonnées. Avec les habitants de la maison, il est affectueux et obéissant. Ignorant la peur, il tentera de vous défendre en toutes circonstances. Vis-à-vis des étrangers, sa petite taille (20 à 30 cm) pour un poids de 3,5 à 5,5 kg ne l'effraie nullement.
Attention : il a nettement tendance, en vieillissant, à être à la fois jaloux et plus indépendant.
- Le Carlin : parent du Pékinois, mais à poil court, il mesure de 26 à 30 cm de hauteur et pèse de 2,7 à 4,5 kg. Chien d'agrément et même de salon, il a besoin d'affection, donnant la sienne en échange, surtout s'il la reçoit d'un maître paisible. Le carlin aime la compagnie. Très sensible aux états d’âme et aux faits et gestes de son maître, il n’a qu’une crainte, ne pas être suffisamment associé à sa vie quotidienne. Vous recherchez un compagnon discret, affectueux, farceur mais docile, sociable et fidèle, il vous attend !
- Le Cavalier King Charles : d’une taille de 25 à 34 cm et d’un poids de 4,5  à 8,5 kg, ce charmant petit chien est doté d’un merveilleux caractère. Affectueux sans excès, il manifeste une attitude amicale envers les êtres humains aussi bien qu’envers les autres animaux. Il surmonte sa timidité en s’attachant à quiconque le caresse en lui parlant avec gentillesse. Attention à sa gourmandise naturelle, il possède un solide appétit.

6. Conseils pour l'achat.

Pour acquérir un chiot de la race qui vous séduit et qui vous convient, il vous faudra partir en quête d'un éleveur spécialisé.

Vous pouvez vous adresser à la Société Royale Saint Hubert qui vous procurera la liste des éleveurs affiliés ayant eu des nichées dans les quatre derniers mois.

Avant d'acheter votre chiot, visitez plusieurs établissements. Refusez d'acheter dans ces usines à chiens où s'entassent plusieurs dizaines d'animaux encagés. Regardez d'un oeil curieux et critique les conditions d'élevage.

Choisissez de préférence un chiot bien-portant et espiègle provenant d'un élevage familial où les animaux vivent proprement et jamais derrière des barreaux. Observez attentivement le comportement de l'éleveur vis-à-vis de ses chiens, voyez comment ceux-ci agissent avec lui.  Ce n'est que si l'élevage vous paraît correct et que l'éleveur vous semble dévoué aux animaux, que vous pourrez vous entendre avec lui et repartir avec celui qui deviendra à jamais votre compagnon.

Il existe également des magasins qui font commerce d'animaux. On y trouve des chiots, des chatons, des oiseux, des petits rongeurs, des reptiles ... De la minuscule échoppe de quartier à l'hypermarché rutilant, on y vend des animaux comme on vend des téléviseurs ou des paquets de lessive. Fuyez-les, refusez même d'y entrer. Par une publicité tapageuse mais savamment orchestrée, en exploitant votre juste apitoiement à la vue de petites bêtes apeurées, on vous incite à repartir avec un chien dans les bras, quitte à vous faire souscrire un coûteux crédit pour un achat dont en plus la valeur est toujours surestimée. Méfiez-vous comme de la peste de ces pratiques, résistez tant aux messages publicitaires qu'aux coups de foudre. Ces achats forcés, précipités, d'animaux pas vraiment désirés, ont des lendemains qui déchantent.

Ne vous laissez pas "piéger" par de telles pratiques, même si vous brûlez de sauver un chiot maigrichon et souffreteux. Sachez que dans la plupart des cas, son état le condamne, et qu'en l'achetant, vous encouragez ces pratiques mercantiles et criminelles.

Enfin, lorsque vous achèterez votre chiot, exigez un certificat de garantie qui prévoit le remboursement de l'animal - et pas simplement son "échange" - au cas où celui-ci viendrait à décéder de maladie dans les 15 jours.

N'oubliez pas de réclamer les documents officiels de votre compagnon : pedigree, certificat de vaccination, certificat de tatouage.

Dans les jours qui suivent votre achat, présentez votre compagnon à votre vétérinaire qui l'examinera attentivement et pourra détecter toute maladie éventuelle, effectuer les vaccinations ou les rappels, prescrire un vermifuge, exécuter le tatouage d'identification et vous donner tous les conseils utiles pour l'alimentation et l'éducation de votre chien.

7. Conseils pour l'adoption d'un chien adulte.

Adopter un chien adulte, c'est comme prendre un billet de loterie : c’est hasardeux, mais, contrairement à la loterie, il est bien rare de tomber sur un mauvais numéro. Les quelques rares cas d'irrécupérables mis à part (chiens caractériels par exemple), les choses se passent aussi bien qu'avec un chiot. Simplement, il faut laisser le temps à un animal parfois traumatisé de s'adapter.

Il est judicieux de profiter de quelques jours de congé ou d'un week-end prolongé pour se familiariser avec l'animal adopté, lui présenter son nouvel univers et observer ses réactions.

Expliquez à vos enfants qu'il ne faut pas le harceler avec des ordres multiples ou avec trop de caresses, mais le laisser prendre confiance et venir spontanément vers eux. Tôt ou tard, une merveilleuse complicité les unira.

Dès le départ, distribuez les rôles (le chef, c'est vous !). Proposez au nouvel arrivant un coin bien à lui, avec sa couverture. Attention, ne commettez pas de maladresse : si vous avez d'autres animaux, ne les délogez pas de leur place préférée. Rassurez-les au contraire, en les caressant, en leur parlant plus que d'habitude. Aussi étrange que cela puisse vous paraître, c'est cela l'équité aux yeux des "anciens", très chatouilleux sur le plan de la hiérarchie. Pour la même raison, servez le nouveau venu en dernier. Le favoriser serait le meilleur moyen de provoquer des jalousies féroces et, dans le pire des cas, d'être amené à vous séparer de celui que vous venez d'adopter. Pour vous, ce serait un échec, mais pour lui  ?

Question éducation, mêmes principes que pour celle d'un chiot, à savoir : répétition de l'exercice jusqu'à ce qu'il soit assimilé et félicitations chaque fois que le chien exécute bien un ordre. Un peu d'indulgence toutefois : dans sa vie antérieure, votre protégé a sans doute déjà suivi une autre éducation. Laissez-lui le temps de s'habituer à votre façon de faire.  Il s'agit réellement de lui apprendre une langue étrangère dans laquelle même son nom a parfois changé. Heureusement, le chien est plutôt doué.

Le secret du mariage réussi avec votre nouveau compagnon : lui offrir un amour qui jamais ne faiblira !

8. Conseils pour l'éducation d'un chiot.

A. LA PROPRETE CHEZ LE CHIOT.

L'apprentissage de la propreté chez le chiot demande patience et attention de la part des maîtres.

Le chiot nouveau-né est incapable de se soulager seul, car son système nerveux n'est pas achevé. C'est sa mère qui provoque l'expulsion des excréments en léchant l'abdomen de son petit.

Vers trois semaines, il n'a plus besoin de l'aide de sa mère; par contre, il ne possède pas encore la maîtrise de ses sphincters, celle-ci n'étant acquise que vers la huitième semaine.
Il est donc inutile d'entreprendre l'apprentissage de la propreté avant que le chiot ait atteint l'âge de 2 mois. C'est à cette époque que généralement le chiot change d'environnement, quitte sa mère pour entrer dans sa nouvelle famille.

Les débuts, ne le cachons pas, seront souvent difficiles. Les méthodes d'apprentissage sont assez simples, et l'apprentissage de la propreté peut se faire vite à condition de respecter certaines règles et que le nouveau maître dispose d'un peu de temps.

- Le manque de propreté.
Le jeune chien doit normalement être propre vers 4 mois (si vous avez pu vous en occuper régulièrement). Au-delà de 6 mois, le manque de propreté témoigne soit d'une mauvaise éducation, soit de problèmes plus ou moins importants pour lesquels vous devrez consulter un vétérinaire. De même, lorsque la malpropreté apparaît chez un chien qui était propre, il conviendra de se rendre chez le vétérinaire. Chez un chien âgé, elle peut être le signe de troubles organiques ou de dépression.

- Comment rendre le chiot  propre ?
Il faut savoir que le chiot fait ses besoins dans la demi-heure qui suit la fin de ses repas et de ses périodes de sommeil. Il suffit donc de repérer ces périodes-là pour l'amener au bon moment sur le papier journal qu'on lui a attribué et l'obliger à y rester tant qu'il ne se sera pas exécuté. Une fois les besoins accomplis, caressez et flattez votre chien. En quelques séances, votre compagnon aura compris que c'est là que vous souhaitez qu'il se soulage.
Cependant, il arrivera que votre chiot urine à des endroits interdits; il faudra alors le punir.

- Comment réprimander ?
Condition essentielle : la punition doit être immédiate. Une correction administrée quelques minutes après que le chiot s'est oublié ne servira à rien, sauf à le perturber, car il ne comprendra pas la raison de votre mécontentement.
La meilleure façon de sanctionner votre chiot consiste à le prendre par la peau du cou et à le secouer, comme le ferait sa mère. Une bonne correction doit s'accompagner d'un mot "Non !", qui sera utilisé pour toutes les interdictions. Montrez-lui le corps du délit et transportez-le immédiatement sur ses journaux.
Attention : mettre le nez du chiot dans ses besoins n'est pas une punition : ce que l'homme trouve répugnant, ne l'est pas forcément pour votre chien.

-Les premières promenades.
Lorsque votre compagnon sera en âge de sortir et qu'il sera vacciné, il pourra faire ses premières promenades hygiéniques.
Afin que votre compagnon comprenne ce que vous attendez de lui, emporter, les premiers jours, "son" journal.
Cependant, la propreté à l'extérieur semble souvent venir spontanément lorsque l'animal comment à lever la patte (pour les mâles, bien sûr !), renifle les odeurs des autres chiens et manifeste l'envie de marquer son territoire.

B. VACCINS ET VERMIFUGE.

1. Vaccins
Il est absolument indispensable de vacciner votre compagnon ET d'effectuer les rappels suivant le schéma prescrit par votre vétérinaire.

2. Vermifuge.
Une récente étude réalisée en Belgique a démontré chez les animaux adultes que 44 % des chiens et 85 % des chats étaient infestés de vers.
Chez les chiots, ce sont près de 90 % des animaux qui sont infestés ! La vermifugation régulière est donc un geste très important pour nos compagnons.

En résumé, voici quelques règles à respecter absolument :

- désinfecter régulièrement niche, plats, sols car les oeufs sont très résistants;
- le chien doit être débarrassé de ses puces qui peuvent transmettre le ténia;
- éviter la consommation de viande crue.

VERMIFUGEZ :

- les femelles : pendant les chaleurs, ainsi que juste avant et après la mise à bas;
- les mâles et les adultes : au moins une fois par an;
- les chiots : dès le 7ème jour, à 6 semaines et avant chaque vaccination.

Consultez votre vétérinaire pour le choix du vermifuge.

C. ALIMENTATION DU CHIOT.

Tant que votre chien n'a pas atteint sa taille et son poids d'adulte, il a besoin d'une alimentation bien équilibrée et adaptée.
A 6 semaines, il faut lui donner 5 à 6 repas par jour. Le nombre de repas descendra progressivement à 4 à l'âge de 3 mois et à 2, à l'âge de 6 mois.

Pendant l'adolescence, les repas doivent être copieux parce que votre compagnon se dépense beaucoup et grandit rapidement.

A l'âge adulte, il est conseillé de répartir la ration journalière en deux repas par jour; votre chien mange ainsi moins en une fois et il digérera mieux.

- Comment l'abreuver ?

Votre bébé chien est plus sensible à la déshydratation qu'un grand : le mieux est de toujours laisser à sa portée une écuelle d'eau fraîche.

- Comment le nourrir ?
Si vous êtes adepte des "boîtes" ou de "nourriture sèche", suivez toujours scrupuleusement les indications du fabricant; sachez que si ces types de nourriture sont en général bien équilibrés, il convient, pour les aliments secs, de donner beaucoup d'eau à votre compagnon.

Si vous préférez préparer vous-même ses repas quotidiens, voici la composition pour une ration d'un kilo :
Viande de bœuf : 500 g
Riz : 240 g
Légumes verts, carottes, haricots verts, salade : 240 g
Huile de maïs : 20 g

ALIMENTS A PROSCRIRE : pommes de terre, charcuterie, lait tourné.

ALIMENTS A DONNER MODEREMENT : sucre, chocolat, gâteaux secs.

ATTENTION AUX OS : Lui donnerez-vous des os ? Seulement de gros os à moelle; jamais d'os friables (poulet, lapin, côtelettes) dont les fragments pointus risquent de se planter dans le gosier de l'animal.

D. COMMENT ACCUEILLIR VOTRE CHIOT.

Avant d'accueillir votre chiot, achetez le matériel nécessaire et installez-le aux endroits choisis par vous et votre famille.

Lorsque l'animal entre dans sa nouvelle demeure, il est conseillé de lui consacrer entièrement les premiers jours afin de faciliter son adaptation.

Les règles élémentaires d'éducation (aire de couchage, repas, promenades, jeux) doivent déjà être décidées en accord avec tous les membres de la famille.

L'éducation débute immédiatement et durera toute la vie de votre nouveau compagnon. Cette nouvelle vie avec un chien sera une source constante de plaisir mutuel.

Rappelons qu'un animal n'est pas un jouet, mais un être vivant avec son caractère et sa sensibilité propre qu'il conviendra de respecter. Prendre son temps pour s'en occuper fera une relation durable.

Lors de son arrivée, laissez votre compagnon explorer son nouveau domaine. Remplissez son bol d'eau et montrez-lui où elle se trouve. Offrez-lui son repas.

Commencez sans tarder son éducation : le chien a besoin d'un maître auquel il puisse obéir. C'est dans sa nature.

Soyez cohérents dans vos ordres : ainsi, par exemple, si vous souhaitez qu'il dorme dans un endroit qui lui soit réservé, ne cédez JAMAIS à ses pleurs des premières nuits. Votre chien est intelligent : il comprendra très vite qu'il lui suffit de pleurer pour obtenir ce qu'il désire.

L'éducation de la propreté débute également dès l'arrivée de votre compagnon. Ici aussi, soyez ferme.

Pour obtenir une bonne éducation, le système RECOMPENSES/PUNITIONS est le meilleur; votre chiot s'attachera très vite à vous et à votre famille et il souhaitera vous faire plaisir. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous vous conseillons d'être cohérents dans votre éducation.

A vous de jouer et .... BONNE CHANCE !

- Matériel à prévoir :

un panier avec couverture ou coussin;

un bol à nourriture;

un bol à eau;

de la nourriture appropriée à son âge (si vous ne préparez pas vous-même ses repas);

un collier;

une laisse;

un objet ou un os à ronger (pas trop grand);

un peigne et une brosse destinés aux soins du pelage et adaptés à son type de poils.

En principe, une boîte en carton et une couverture chaude suffisent comme panier; vous achèterez plus tard un panier en fonction de la taille de votre compagnon. Placez son couchage dans un endroit chaud, à l'abri des courants d'air et d'où votre compagnon pourra observer les mouvements de la famille.

Et si vous ne voulez pas que votre chiot monopolise un fauteuil, interdisez-le-lui dès son arrivée chez vous !

Votre bébé chien a besoin d'un ou deux bols à nourriture et d'un bol pour l'eau, dont l'eau doit toujours être fraîche. Laissez de l'eau en permanence à sa disposition.

Demandez au propriétaire de votre chiot ce que votre compagnon est habitué à manger. Durant les premiers jours, donnez-lui les mêmes repas. Modifiez le régime progressivement si vous le souhaitez. Mélangez l'aliment antérieur au nouveau qui, petit à petit, deviendra majoritaire, car un changement trop brusque pourrait provoquer de la diarrhée.

N'achetez qu'un collier bon marché au début : votre chiot grandit vite et il aura rapidement besoin d'un collier plus large et plus grand.

Enfin, n'oubliez pas de lui donner des jouets et quelque chose à ronger. Si votre bébé chien s'ennuie, il risque de détruire, d'aboyer, de pleurer, bref de faire des bêtises pour attirer votre attention.

E. LE CHIOT PLEURE QUAND IL EST SEUL, QUE FAIRE ?

Vous devez savoir que le chiot réagit à toute une série de comportement.

Lorsque le maître quitte la maison, le chiot se croit abandonné et manifeste sa peur et son anxiété tantôt par des aboiements, des gémissements ou encore des hurlements.

Cette réaction est due au stress de la solitude. Le punir ne ferait qu'augmenter son désarroi et la punition risquerait de lui apprendre à vous craindre ou pire encore, à vous détester; vous développerez ainsi un sentiment de rancune et un désir de vengeance.

Il faut, bien sûr, trouver une solution. Comment procéder ?

Commencez par surveiller discrètement votre chien quand il est seul - sans qu'il sache que vous êtes là - afin de tenter de comprendre son comportement.

Puis surprenez-le en flagrant délit... Comment ? Le samedi ou le dimanche matin, apprêtez-vous comme si vous sortiez. Après lui avoir donné nourriture et caresses, sortez de la maison ou de la pièce où vous l'avez isolé. Restez à proximité, mais pas trop près pour éviter qu'il ne vous détecte à votre odeur et écoutez.

Rapidement, votre chiot va montrer des signes d'anxiété et se mettre à pleurer ou aboyer. Juste à ce moment, ouvrez brusquement la porte en criant très fort "Silence", "Stop" ou "Arrête". Ressortez et répétez plusieurs fois l'opération, jusqu'à ce que votre compagnon se taise suffisamment longtemps.
Ces séances devront être répétées jusqu'au moment où l'animal accepte sa solitude. Chaque fois qu'il se calme, récompensez votre bébé chien par une petite friandise et d'une voix douce, félicitez-le tout en le caressant.
N'oubliez pas que pour un chien, la récompense est toujours plus payante que la punition. En douceur, montrez-lui que c'est vous qui dominez : bébé chien a besoin d'un maître "fort" mais DOUX. Il se soumettra à votre volonté car il aime vous faire plaisir, et vous obtiendrez sa confiance et son amour.

F. COMMENT EVITER LES ABOIEMENTS INTEMPESTIFS ?

Certains chiens aboient plus que d'autres : ce comportement dépend non seulement de la race, mais aussi des individus.

Il n'est pas possible de prévoir qu'un chiot aboiera beaucoup. Mieux vaut ne pas encourager un chiot à aboyer ou à japper, l'idéal étant même de le lui interdire, de l'en déshabituer. En effet, un chien qui ne cesse d'aboyer suscitera tôt ou tard des réclamations de la part de vos voisins.

Les chiots doivent pouvoir réagir à un bruit suspect. Cependant, si votre compagnon aboie trop souvent et sans raison, dites à voix haute et fermement "Suffit" pour le faire taire. Répétez toujours ce "suffit" en lui fermant le museau à la main. Si vous êtes conséquent, vous parviendrez à canaliser ses aboiements. Restez calme pendant cet exercice d'obéissance; votre chiot est très sensible aux intonations de votre voix. Si vous êtes nerveux ou irrité, votre compagnon peut réagir en aboyant, détruisant ainsi tous vos efforts. Et si vous chiot a bien "travaillé", n'oubliez pas de le récompenser par une petite friandise.